Cryptage homomorphique

Le cryptage homomorphe permet d'effectuer des calculs sur les données en cours d'utilisation alors que ces données sont encore cryptées. Il est particulièrement utile pour le traitement de données sensibles dans des secteurs hautement réglementés tels que la santé lorsque ces données peuvent présenter des problèmes de confidentialité.

Homomorphic vient du terme algébrique homomorphism, où le calcul sur un item ou un ensemble préserve la nature de ces données: elles ne sont pas modifiées et auront le même résultat car elles sont traitées algébriquement. Le cryptage homomorphe a été lancé pour la première fois dans les années 1970, mais en est encore aux premiers stades de sa mise en œuvre. Il existe plusieurs types de cryptage homomorphique, mais le cryptage totalement homomorphe est la solution la plus complète.

Les exemples de données sensibles en cours d'utilisation qui nécessitent un meilleur chiffrement comprennent les logiciels de communication et la collaboration documentaire, les comptes d'utilisateurs et les données traitées dans des environnements cloud. En règle générale, les données utilisées doivent être décryptées pour être traitées au moins une fois, voire plusieurs fois. Cela le rend beaucoup plus vulnérable aux interceptions malveillantes. Des pirates informatiques expérimentés peuvent voler les informations de connexion bancaires, par exemple, pendant la brève fenêtre dans laquelle elles sont décryptées et traitées. Le cryptage homomorphe supprime cette possibilité en gardant les informations cryptées tout au long du processus. Il utilise des algorithmes algébriques afin que les données se terminent de la même manière que si elles avaient été traitées lors du décryptage. La cryptographie à base de treillis est l'une des méthodes les plus connues de cryptage homomorphe; il utilise des treillis (équations mathématiques complexes) pour crypter les informations.

Malgré son utilité dans la protection des données, le cryptage homomorphe n'est pas encore largement utilisé. Étant donné que les processus algébriques nécessitent une quantité importante d'énergie de calcul, le chiffrement homomorphe est trop lent pour que la plupart des grandes entreprises puissent le mettre en œuvre régulièrement. Bien qu'il s'agisse d'une méthode prometteuse pour la sécurité des données, elle est encore relativement nouvelle et nécessitera davantage de recherche et de développement avant que les entreprises puissent l'utiliser efficacement.